top of page
Rechercher

Troubles digestifs

Interview avec Dr. Xavier Delgadillo

Je remercie le Dr. Xavier Delgadillo d'avoir pris le temps de répondre aux questions. Un post sur les troubles digestifs d'un point de vue thérapeutique suivra.


Q.- Dr. Xavier Delgadillo, dans votre expérience quels sont les gênes les plus souvent décrits par les patients qui présentent des troubles de digestion ?

XD.- En général les patients se plaignent souvent des maux de ventre et sensation de plénitude dans l’estomac, des ballonnements et une lourdeur associée. D’autres se plaignent plutôt, de reflux gastro-œsophagien et parfois d’une difficulté d’aller aux selles. Plus rarement les symptômes initiaux sont associés à des diarrhées.

Souvent, les patients sont très sensibles lors de la palpation abdominale, sans véritable péritonisme.

L’ensemble des symptômes décris précédemment, correspondent à un syndrome complexe nommé DYSPEPTIQUE.

Q.- Quelles pourraient être des explications pour ces troubles?

XD.- « … Il a été bien décrit par plusieurs auteurs, tant francophones comme germanophones dans nos contées, que la dyspepsie est fonctionnelle, car aucune cause organique n’est retrouvée (comme par exemple un ulcère gastrique ou la prise d’AINS).

Le lien temporel entre les prises alimentaires et ces symptômes est un indice pour diagnostiquer une dyspepsie fonctionnelle. En effet, elle peut soit les favoriser, soit les aggraver.

La dyspepsie fonctionnelle est souvent appelée à tort « gastrite »,ou l’inflammation de l’estomac visible sur les biopsies de la paroi de l’estomac seulement lors d’une gastroscopie. Dans l’immense majorité des cas, une gastrite sur les biopsies de l’estomac ne permet pas d’expliquer des symptômes dyspeptiques, la plupart des gastrites ne provoquant aucun symptôme.

Deux sous-groupes de dyspepsie fonctionnelle sont connus : (a) le syndrome dyspepsique après le repas (post-prandial) où dominent la satiété précoce (impossibilité de terminer un repas) et la sensation de plénitude gastrique. (b) le syndrome dyspeptique douloureux épigastrique, que se manifeste par des douleurs et des brûlures épigastriques, fréquemment induites ou soulagées par les repas.

Existe un autre syndrome apparentée à la dyspepsie, et c’est la gastro-parésie, c’est-à-dire un trouble de la vidange de l’estomac, trouble que ralentie la propre vidange gastrique, et peut être responsable d’une dyspepsie post-prandiale, mais elle est fréquemment accompagnée des vomissements et généralement secondaire à des maladies comme le diabète… »

Q.- Que conseillez-vous à quelqu’un qui souffre de symptômes sans cause clinique ?

XD :- Souvent, les personnes concernées ne consultent pas rapidement car, le syndrome dyspeptique n’est pas aigu, n’est pas une urgence et souvent est déjà chronique. D’une autre part, souvent certains collègues proposent d’emblée une gastroscopie ou une coloscopie, sans résultats probants.

Q.- Est-il vraiment nécessaire de procéder toute de suite à un examen invasif ou peut-on exclure certaines pathologies par d'autres examens?

XD.- « … j’aimerais vous rappeler que le syndrome dyspeptique est définie par l’absence de lésion repérable lors d’un examen endoscopique… »

En cas de dyspepsie après 50 ans, ou la présence des signes alarmants, tels que la perte importante de poids, crachats sanglants, nausées permanentes chez un fumeur avéré qu’arrose sa vie avec des bons apéritifs, une endoscopie œso-gastro-duodénale s’impose.

Par ailleurs, même si le rôle de l’infestation à Helicobacter pylori est marginal, il est recommandé de rechercher cette infection de façon systématique, soit par examen respiratoire, soit par test sanguin ou dans les selles.

En cas de reflux biliaires, vomissements bilieux ou ictère, l’échographie abdominale permet de mettre en évidence d’éventuelles lésions du foie et des voies biliaires.

La prise de sang, élimine l’éventualité d’un diabète, ou autres pathologies intercurrentes.

Q.- On parle aussi de l'importance du macrobiote dans notre santé digestive. Pourriez-vous nous en dire plus?

XD.- « … Le syndrome dyspeptique, reste un trouble fonctionnel digestif dont la prévalence est très élevée. Il est souvent associé à des perturbations de la composition et des fonctions du microbiote intestinal à l’origine d’une dysbiose.

Pourtant, la maladie est principalement traitée en fonction des symptômes des patients atteints, sans que la perturbation de leur microbiote ne soit prise en compte… ni l’impact des perturbations du microbiote intestinal dans l’ensemble de la digestion non plus… ».

Je vous remercie pour vos questions…


8 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page